c                                                                

                                                              - Publication n° XXXIV : sommaire-publication-2021.pdf (54.77 Ko)

                                                             -  Programme-complété-2022.doc (177.5 Ko)

                                                             - Prochaines dates:  du 3 au10 octobre, JORDANIE

                                                            -  Jeudi après-midi 20 octobre Asnières sur Vègre et  abbatiale de Solesmes

                                                                                  Asnieres-20-octobre-2022.pdf (302.24 Ko)

 

                                                                              

 

                                                                                               

Camus, La Peste, épilogue

 

 

 

 Chronique d'une épidémie de peste qui paralyse la ville d'Oran dans les années 40, la Peste  évoque les comportements, les  débats et les engagements des Oranais confinés . Le roman a surtout une  portée allégorique, de l'aveu même de l'auteur:  Camus  écrivait à Roland Barthes en 1955: " la Peste dont j'ai voulu qu'elle se lise sur plusieurs niveaux, a cependant comme contenu évident la lutte de la résistance européenne contre le nazisme."

 

   LA PESTE, épilogue

 

     LA PESTE dernière page (12.77 Ko)

… Mais il savait cependant que cette chronique ne pouvait  être celle de la victoire définitive. Elle ne pouvait être que le témoignage de ce qu’il avait fallu accomplir et que, sans doute, devraient accomplir encore, contre la terreur et son arme inlassable, malgré leurs déchirements personnels, tous les hommes qui, ne pouvant être des saints et refusant d’admettre les fléaux, s’efforcent cependant d’être des médecins.

 Ecoutant, en effet, les cris d’allégresse qui montaient de la ville, Rieux se souvenait que cette allégresse était toujours menacée. Car il savait  ce que cette foule en joie ignorait, et qu’on peut lire dans les livres, que le bacille de la peste ne meurt ni ne disparaît jamais, qu’il peut rester pendant des dizaines d’années endormi dans les meubles et le linge, qu’il attend patiemment dans les chambres, les caves, les mouchoirs et les paperasses, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l’enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse.

CAMUS, La Peste, 1947 L.P

Les commentaires sont clôturés